Semaine du 6 au 10 avril

   MATHÉMATIQUES

– NUMÉRATION – TRAITEMENT DE DONNÉES
BAO-M (Boîte à outil de Mathématiques) : NUM-9 et NUM-10 (les nombres décimaux)

– GÉOMÉTRIE, MESURE

   FRANÇAIS

– VOCABULAIRE – ORTHOGRAPHE
BAO-F (Boîte à outil de Français) : Mots invariables ; séries 1, 2, 3, 4, 5, 6 et 7
+ BAO-F (Boîte à outil de Français) : V13 (les synonymes), V15 (les contraires)

– GRAMMAIRE
BAO-Français (Boîte À Outils) : G27 + Les trains des propositions

– CONJUGAISON
BAO-Français (Boîte À Outils) : C32 (les temps composés du passé)

Si tu n’as pas tes BOÎTES À OUTILS  ↓

AUTRES documents d’aides et autres leçons (sciences, Histoire, géographie, poésies, chants, etc.)  ↓

– CALCUL MENTAL
Penser à faire régulièrement quelques exercices sur “Mathador”.
(Cliquer sur l’image ci-dessous.)

   MATHÉMATIQUES

– NUMÉRATION – TRAITEMENT DE DONNÉES

   FRANÇAIS

– VOCABULAIRE – ORTHOGRAPHE
Apprendre, épeler et copier tous les mots invariables de la série 7.
(Il n’est pas interdit de réviser aussi des mots invariables des séries 1, 2, 3, 4, 5 et 6.)

– LECTURE SUIVIE
Lire silencieusement le chapitre “Histoire policière” du livre “Histoires pressées” de Bernard Friot.
– RÉDACTION en liaison avec la lecture suivie
En une dizaine de lignes, inventer qui est l’assassin, qui est la victime et quel est le mobile du crime.
M’envoyer le texte écrit.

– GRAMMAIRE
”À portée de mots” : exercice page 61 n° 3

   AUTRES

– HISTOIRE
Révision de la frise chronologique du 19ème siècle : réviser les différents régimes politiques qui se sont succédés.
La société pendant la révolution industrielle du 19ème siècle : lire les fiches 4A et 4B et en discuter avec un adulte.
(Voir les 3 images de la frise et les 2 autres documents dans le diaporama AUTRES documents d’aides et autres leçons de la partie ”LEÇONS“, en haut de cette page)

Si tu n’as pas tes affaires  ↓

   MATHÉMATIQUES

– NUMÉRATION – TRAITEMENT DE DONNÉES (problèmes sur les 4 opérations)
Il faut obligatoirement rédiger une phrase pour chaque opération réalisée.

   FRANÇAIS

– VOCABULAIRE – ORTHOGRAPHE
Faire la dictée de tous les mots invariables de la série 7.
(Il n’est pas interdit de dicter aussi des mots invariables des séries 1, 2, 3, 4, 5 et 6.)

– LECTURE
”L’Atelier de Lecture“ pages 14 et 15.

   AUTRES

– HISTOIRE
La société pendant la révolution industrielle du 19ème siècle : relire les fiches 4A, 4B et étudier les fiches 5A, 5B en discutant avec un adulte.
(Ces 4 documents sont dans le diaporama AUTRES documents d’aides et autres leçons de la partie ”LEÇONS“, en haut de cette page)

Si tu n’as pas tes affaires  ↓

   MATHÉMATIQUES

– NUMÉRATION – TRAITEMENT DE DONNÉES (problèmes de proportionnalité)


   FRANÇAIS

– VOCABULAIRE – ORTHOGRAPHE
”Langue française” page 40 n°4 et  page 167 n°1

– LECTURE SUIVIE
Lire oralement à côté d’un adulte le chapitre “L’événement” du livre “Histoires pressées” de Bernard Friot.
(Un questionnaire de compréhension est demandé le vendredi 10 avril.)

   AUTRES

Prendre un temps pour faire un peu d’ANGLAIS (Cliquer sur l’image ci-dessous).

Si tu n’as pas tes affaires  ↓

   MATHÉMATIQUES

– GÉOMÉTRIE, MESURE

   FRANÇAIS

– LECTURE SUIVIE

– CONJUGAISON
”À portée de mots” page 93 n°7

   AUTRES

Prendre un temps pour regarder quelques minutes de vidéos de SCIENCES.
(Cliquer sur l’image ci-dessous.)

Si tu n’as pas tes affaires  ↓

Les exercices corrigés du LUNDI 6 AVRIL :

Les exercices corrigés du MARDI 7 AVRIL :






Les exercices corrigés du JEUDI 9 AVRIL :




Les exercices corrigés du VENDREDI 10 AVRIL :


5 réflexions sur « Semaine du 6 au 10 avril »

  1. Rédaction : HISTOIRES POLICIÈRES

    Romane M. :
    Mme Li avait toujours vécu heureuse. Jusqu’au jour où elle prit la décision de faire des économies pour s’acheter une maison dans le Nord de la France. Elle acheta une petite ferme en pleine campagne. L’ancien propriétaire était un militaire reconnu et maintes fois médaillé, du nom de Colonel M.
    Une semaine après son installation, Mme Li découvrit dans son jardin une épée qui était enterrée là, depuis des années. Elle la vendit à un musée et fit fortune. En apprenant cela, le Colonel M. entra dans une immense colère, déçu de ne pas l’avoir trouvée quand il était propriétaire. Il prit la décision d’aller tuer Mme Li pour lui voler toute sa fortune.
    Une fois cela fait, il reprit la maison en prétendant être l’héritier de cette demeure. Il termina sa vie tranquillement, sous des montagnes d’argent.

    Emma D. : Histoire de poulets
    Madame Poulet avait un mari, Monsieur Poulet. Il détestait faire la vaisselle. Un jour, après avoir mangé leur fille poulet bien rôtie, Madame Poulet demanda à son mari de faire la vaisselle et Mr Poulet répondit : “NON !”.
    Madame Poulet commença la vaisselle. Son mari entra tranquillement dans la cuisine pour prendre une barre de chocolat.
    Madame Poulet très en colère, étouffa son mari avec l’éponge à gratter. Monsieur Poulet tomba par terre, mais il réussit à enlever l’éponge enfoncée dans son gosier. Voyant cela, Madame Poulet lui mit un grand coup de poêle à frire sur la tête. Voyant son mari par terre, mort, elle partit faire les courses en prévision de le manger ce soir en marinade !

    Dylan B. :
    La victime était dans un gang, le gang des poilus. Tous ses membres vendaient de la drogue. La victime s’appelait Jean-Jacques. Jean-Jacques avait une femme qui ignorait ses activités et il ne pouvait plus lui mentir. Jean-Jacques décidé de quitter le gang des poilus. Hélas, le chef du gang, Jacky, ne voulait pas qu’il parte. Alors, Jean-Jacques dénonça le gang à la police sans dire qu’il en faisait partie. Les bandits du gang furent condamnés à deux ans de prison. Deux ans passèrent et… alors que Jean-Jacques était assis sur un banc, le chef du gang lui tira une balle dans le cœur, pour se venger. Puis il partit sans laisser de traces.

    Mia B. :
    L’assassin est la puce. Elle a tué le cheveu de sa perruque car elle ne voulait pas être démasquée. La victime est le cheveu, mais auparavant, il y avait eu une autre victime : une seconde puce qui l’avait provoquée. Tout avait commencé la veille : les deux puces lisaient chacune dans un fauteuil. Tout-à-coup, l’une d’elles se leva et dit : “Il y a eu un cambriolage à la bijouterie !”. Comme la voleuse était l’autre puce, elle lui tira une balle dans le cœur pour qu’elle ne devine rien et qu’elle ne la dénonce pas à la police.

    Chloé R. :
    Quelques jours auparavant, deux personnes se sont introduites chez un voisin et lui ont volé des bijoux très précieux et très importants pour ce voisin. Le voisin était très triste et en colère, et il voulait absolument retrouver ses bijoux. Il chercha des indices dans sa maison et réussit à démasquer l’un de deux voleurs. Il s’aperçut qu’il habitait près de chez lui. Il décida de se rendre chez lui, mais avant de partir, il prit un pistolet. Il arriva chez le voleur et lui dit qu’il voulait discuter. Celui-ci ne se méfia pas et l’invita à entrer. Les deux hommes commencèrent à parler quand tout-à-coup le voisin remarqua un de ses bijoux sur la commode. Il demanda des explications, le ton monta, il prit son pistolet et il tira sur le voleur. Il récupéra ses bijoux et s’enfuit vite. Et voilà comment le cheveu est arrivé sur le fauteuil.

    Sacha C. :
    M. Fayet avait été marié avec Mme Fayet mais les deux époux s’étaient séparés. M. Fayet tomba amoureux de Mme Rosalie qui était psychologue et ils se mirent en couple. Mme Fayet était très très jalouse. Elle prit un rendez-vous avec Mme Rosalie pour une consultation. Le mardi 15 mars 2020, à 15h, Mme Fayet arriva au cabinet de Mme Rosalie. Les deux femmes s’installèrent sur des fauteuils et commencèrent leur conversation. Quand soudain, Mme Fayet sortit un pistolet de son sac à main. Sans le faire exprès, elle fit tomber son miroir de poche. Elle braqua l’arme sur Mme Rosalie et elle lui tira une balle en plein cœur. Quand elle partit, un de ses longs cheveux blonds tomba sur le fauteuil.

    Benoit B. :
    Caroline Bourgeon avait une somptueuse maison, tellement somptueuse que c’était presque un lieu touristique. D’ailleurs, M. Moutarde en était éperdument jaloux. Alors, un soir, il décida de lui rendre une petite visite. Aussitôt dit, aussitôt fait, il s’équipa d’une scie à métaux, d’un calibre 44 et il partit. En arrivant, il crocheta la serrure et entra. Il se dirigea vers la chambre et trouva Caroline.
    – Que me vaut cette petite visite ?
    – La vie, répondit froidement Moutarde.
    Et il tira cinq balles sur sa victime.

    Ethan M. :
    L’assassin était une puce surnommée Six-Coups, en référence à son fling qui valait 50 000 dollars. Elle avait trucidé le poulet rôti qui s’appelait Nugget. Nugget voulait exterminer Six-Coups avec du produit anti-puces.
    En effet, Six-Coups avait osé le traiter de poulet reconstitué. Nugget n’avait pas aimé ça du tout… Une guerre sans merci avait alors débuté. Mais finalement, c’est Six-Coups qui eut le dernier mot. Elle tua Nugget en se faisant passer pour Lady Gaga avec une perruque blonde.

    Lucie DG. :
    Il y a fort longtemps, Cobra et Dia étaient en couple. Mais Dia voulait rompre et Cobra n’était pas d’accord. Alors, il la prit en otage. Pendant une grosse tornade, la fenêtre se cassa et un morceau de verre tomba au pied de la prisonnière. Elle le prit, coupa la corde et partit. Mais ce qu’elle ne savait pas, c’est que son compagnon avait tout vu et qu’il la suivait. Alors, elle continua à courir. Il lui laissa un ou deux jours de répit. Elle pensait être tranquille, quand il vint la trouver. Il s’assit sur un fauteuil. Il lui dit de faire de même et de ne pas bouger. Là, l’histoire devint tragique : il lui tira une balle dans le cœur. Il eut de la peine, mais il se dit qu’il l’avait prévenue et que s’il ne pouvait pas l’avoir, alors personne ne l’aurait. En se levant, il laissa un de ses cheveux sur le fauteuil, ce qui allait le faire mettre en prison.

    Adam M. :
    La victime est un chien de race Basset, âgé de 4 ans. Son maître le décrit comme mou et pas très malin.
    Ce matin là, alors qu’il n’avait pas dormi de la nuit, le chien vit une puce en train de sautiller sur son ventre. Il se dit : “Ah non, pas une puce, il va falloir que je la mange !”.
    La puce qui venait de finir son repas fait de sang frais, entendit ce que venait de dire le chien. Elle eut très peur. En sautant de chien en chien, elle se rendit dans une armurerie où elle acheta un revolver. Elle se rendit chez le coiffeur en “taxi-souris”, et choisit une perruque blonde.
    De retour à la maison, elle attendit que le chien s’endorme, et d’une balle de son revolver elle le tua.
    À cause de la force du tir, elle perdit sa perruque, qu’elle remit précipitamment avant de s’enfuir.

    Clémence C. :
    Un homme était allé au boulot, mais il était retourné chez lui bien plus tôt que d’habitude. Il entra dans la maison discrètement mais le parquet grinça. Sa femme se demanda d’où venait ce bruit. Rapidement, il changea de tenue et sauta par la fenêtre. Au même moment, elle poussa la porte de la chambre et trouva sous le lit, une boule de vêtements dégoulinant de sang. Un hurlement retentit. Elle reconnut la voix de sa voisine : “Mon mari est mort, mon mari est mort !”.
    Aussitôt, elle récupéra une photo et les affaires, puis fila au commissariat. “Mon mari est fou, c’est un mauvais joueur. Hier, il a perdu au jeu de fléchettes contre notre voisin et il a dû retourner le voir ce matin ».
    Les policiers allèrent sur la scène du crime afin de trouver des indices. Le voisin se trouvait agrafé au mur par des fléchettes de couleur rouge et blanche, dont une se trouvait dans le cœur. Sur la cible, le mot “gagnant” clignotait.

    Lydwine S. :
    La victime était une petite fille blonde très gentille. Elle avait trouvé qui était l’assassin. C’est donc pour ça que l’assassin l’a tué. Il ne voulait pas aller en prison. L’assassin, c’était Ethan, un jeune garçon très intelligent, mais que tout le monde laissait à part. Pour se faire remarquer, il tua des personnes à qui tout le monde prêtait attention. Sauf cette petite fille qu’il appréciait. La police attrapa le tueur. Il avoua tout de suite qu’il était le coupable de plusieurs meurtres d’enfants. Comme il avait avoué ses crimes, les juges du tribunal l’ont condamné à deux ans de prison au lieu de quatre.
    Voilà comment nous avons appris qui était l’assassin de l’histoire.

    Lucas D. :
    C’est l’histoire d’un assassin qu’on appelait : Deadpool. Personne ne connaissait son visage. La seule chose que nous lui connaissions : ses faux cheveux blonds. Par tradition familiale, il était devenu le pire assassin du monde. Il ne laissait jamais aucune preuve de ses crimes, à part ses victimes et sa signature. Toutes mouraient d’une balle dans le cœur, assises dans leur fauteuil. Cette fois-ci, par pure vengeance, il avait tué son pire ennemi : Jean-Michel. Plus personne ne l’empêche maintenant de continuer sa sinistre activité. Qui sera sa prochaine victime ?

    Charline FC. :
    Je pense que l’assassin était un voleur, qui est entré dans une maison, habitée par une vieille dame. C’était un homme qui avait les cheveux blonds. C’était le voisin de la vieille dame.
    La puce a tué le cheveu car elle ne voulait pas que l’on découvre qui était l’assassin. Elle a fait disparaître le cheveu, qui était le seul indice, qui permettait de dire qui était le coupable. La puce connaissait très bien l’assassin, elle le protégeait.
    La victime est une vieille dame, qui était assise dans son fauteuil. Elle regardait la télévision lorsque le voleur est entré chez elle par la porte fenêtre, qui était ouverte. Elle ne s’était pas méfiée car elle le connaissait bien. Elle l’a fait asseoir sur le fauteuil en face d’elle.
    Le mobile du crime : l’assassin voulait que la vieille dame lui donne son argent et ses bijoux. Elle a refusé, ils se sont battus et il l’a tué d’une balle en plein cœur.

  2. Rédaction : HISTOIRES POLICIÈRES

    Astrid C. :
    Bonjour, je m’appelle Astrid. J’écris ces lignes pour que vous sachiez comment s’est passé mon meurtre. Voici comment tout à commencé. J’ai lu dans un livre de mon frère : “J’en ai marre de mon frère et de ma sœur, je vais les tuer ! Guillaume, c’est déjà fait ; c’est maintenant au tour d’Astrid”.
    Quand j’ai lu ça, je me suis dit qu’il fallait vite partir de la maison. Mais c’était trop tard. J’étais dans le salon et j’entendais mon frère arriver. Il s’approchait de plus en plus. La peur se mêlait en moi avec la colère. Je ne pouvais plus m’échapper, coincée dans un coin du salon. Il ouvrit la porte, un revolver à la main. C’était mes dernières secondes de vie… Je vous dis donc “Adieu” !

    Augustin G. :
    L’assassin est une personne qui voulait acheter le terrain de la victime pour pouvoir construire un laboratoire secret. La victime est une personne très riche qui possède plusieurs terrains. Mais la victime avait refusé la vente car elle voulait faire un centre commercial sur sa propriété. Donc, la personne l’a tuée et lui a volé toutes ses richesses.

    Nathaël M. :
    La victime était une femme qui volait des plans de nouvelles technologies pour les revendre à de grandes industries de construction. Le tueur était le garde du corps de Monsieur X, le propriétaire des inventions volées. C’est Monsieur X qui avait inventé la maison de poche, qui tient dans le creux d’une main et qui peut s’agrandir au bon vouloir de son propriétaire. L’inventeur avait confié à son garde du corps la mission de retrouver la voleuse et de la tuer, afin d’éviter que sa nouvelle invention ne soit perdue. Lorsque le garde du corps retrouva la voleuse il l’a tua d’un coup de pistolet en plein cœur.

    Linoa G. :
    Le docteur Lenoir était la victime de ce crime. L’assassin était le colonel Moutarde. les deux hommes étaient des stars de cinéma.
    Le colonel était jaloux car Le docteur Lenoir était très célèbre. Il passait à la télévision, dans les journaux, il avait plein de fans et beaucoup beaucoup d’argent. Cet argent était dans un coffre au fin fond de sa cave. Il l’avait dit au colonel, mais celui-ci ignorerait où se trouvait la clé.
    Le colonel tua le docteur et prit son argent car la clé se trouvait dans la poche de sa victime.Il prit aussi sa place dans le prochain épisode qui devait sortir au cinéma le 30 avril. Cet épisode s’appelait : “L’enquête du Manoir TuDort”.

    Tania DE. :
    L’assassin était Frank Killer et la victime Joe Killer. Frank avait tué son frère car il voulait être l’unique héritier de l’argent et des somptueuses villas de son père malheureusement décédé.

    • Oui, Quentin, j’ai bien reçu ton texte. Ton histoire de jumeaux est bien trouvée et je l’ai lue avec intérêt. Si je ne l’ai pas mise en ligne, c’est que je ne peux pas copier-coller les écrits d’un cahier photographié. Mais ce n’est pas grave, tu as fait correctement ton travail et je t’en félicite.
      Bonne soirée à toi aussi.
      Ton Maître

  3. C’est vraiment bien les vidéos de Jamy. Je suis devenu addict à Jamy !!!
    Bon, il faut que j’y aille, je n’ai pas encore vu sa dernière vidéo de science.
    Salut !

Les commentaires sont fermés.