L’Homme et l’Animal (3)

Etienne Bimbenet 3 (188x250) 3ème consigne :
les animaux sont-ils des êtres sensibles ?
 
Les animaux ont-ils une « sensibilité » au bien-être et à la douleur ? Est-ce qu’ils éprouvent de la douleur quand on les frappe et qu’on les maltraite ? Et du réconfort lorsqu’on les caresse et qu’on leur fait du bien ? Faut-il distinguer sur ce point entre différentes espèces animales ? Peut-on faire du mal à un chat ? à une poule ? à un poisson ? à une mouche ? Quels sont nos moyens de le savoir ?
 
Nous mangeons quotidiennement un certain nombre d’animaux : lesquels ? Cela veut dire qu’ils ont été élevés pour être abattus et mangés ; ont-ils souffert ? Certaines personnes sont végétariennes ; d’autres sont végétaliennes ; d’autres se battent pour élever avec moins de cruauté les animaux qu’on mange ou sur lesquels on expérimente en laboratoire. Et vous ?
 

2 réflexions sur « L’Homme et l’Animal (3) »

  1. Nous nous sommes basés sur la seconde partie de la troisième consigne d’Etienne Bimbenet. A partir des mots “végétarien” et “végétalien”, nous avons étudié le vocabulaire des régimes alimentaires qui existent dans la nature, selon les différentes espèces de la planète. En utilisant les suffixes “-vore” et “-phage”, de nouveaux mots ont été inventés et, pour chacun d’eux, un régime a été pensé. Dans une dernière phase, par groupes de deux, nous avons imaginé des menus en rapport avec quelques régimes choisis parmi les inventions trouvées ; en arts visuels, nous avons réalisé des cartons de table. Nous vous les présentons par un envoi sur la plateforme collaborative du site “laclasse.com”. Nous vous souhaitons une bonne lecture des menus que nous avons imaginés.

    Bon appétit !

  2. Quelle imagination, dans vos différents menus ! Et c’est vrai que si un jour les humains veulent devenir végétariens (ils le peuvent, rien ne s’y oppose biologiquement) il leur faudra oublier les réflexes classiques (viande avec son accompagnement de légumes) et faire preuve d’un peu d’imagination… Par ailleurs et surtout, c’est très drôle, je me suis bien amusé en vous lisant ! C’est la preuve qu’on peut réfléchir et dire des choses intéressantes (comme par exemple dans votre réflexion sur nos différentes raisons d’adopter un régime : affects, modes, cultures, etc.), tout en gardant un certain humour. Ou qu’on peut s’engager en faveur des animaux, sans se prendre trop au sérieux…

    Merci beaucoup les Corbeaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.